Frédéric Taddeï raconte son vécu du système de santé: « La fin de la parenthèse enchantée ? »

Regards sur notre système de santé

L’Institut Santé donne la parole à des personnalités non professionnelles de santé pour nous raconter leur ressenti de citoyen sur la santé en France.

Frédéric Taddeï se demande comment on a pu laisser se détériorer à un tel niveau ce que le monde entier nous enviait!

2 Commentaire

Participez à la discussion et dites-nous votre opinion.

Lipp Bernardrépondre
15 octobre 2019 à 9 h 07 min

Oui le système qui existait a été démantelé par la prise de pouvoir de l’administration et la complicité des médecins qui y ont vu une occasion de se recentrer uniquement sur leurs actes techniques dans une ambiance où on leur expliquait qu’ils fallait qu’ils se spécialisent car en même temps on réduisait le temps de travail et donc le temps d’apprentissage. C’est le syndrome des 35 heures associé à une féminisation très importante de la profession. Les gardes sont devenues la bête noire des jeunes générations, le salariat promettant du temps libre… L’internat s’est démocratisé en supprimant le volontariat qui était source d’élitisme, les spécialités difficiles comme la chirurgie n’ont plus été enviées et laissées aux dépassements d’honoraires sans limite et sans revalorisation des tarifs SS. Enfin l’accès aux plaintes gratuites favorisées par la défense juridique offerte par les assureurs sans prise en charge des frais engagés par les professionnels a fini par décourager les plus enthousiastes. Les médecins étaient respectés pour leur capacité de travail, leur savoir “humaniste“. enfin paradoxalement la diminution considérable des complications des traitements a fait croire à leur disparition pensant que le médecin ne pouvait que s’être trompé en cas de survenue de l’une d’elles.

Guy-André Pelouzerépondre
15 octobre 2019 à 17 h 26 min

En pleine paupérisation la convention avec le monopole que personne n’a adopté fait encore de beaux dégâts parmi les médecins, c’est l’exception française: « dépassements d’honoraires sans limite et sans revalorisation des tarifs SS ». Affirmation fausse à but politique. Cela sonne comme: C’est bien encore le profit. C’est en fait le contraire, les honoraires sont la seule voie de meilleures adaptation offre/demande. Et bien vous allez le voir , le collapsus n’est qu’à son début. Et il est principalement dû à des raisons économiques qui s’appellent le bénéfice de l’activité versus ses risques et sa charge. Oui je sais l’économie de marché est un champ cognitif aveugle pour beaucoup. Tout le reste n’est que conséquence des tarifs, de l’exercice exclusif et du monopole. J’ai bien ri en lisant le couplet tant convenu et attendu sur les recours civil pour indemnisation.

Publier une réponse